Le Retour de Davis : une bénédiction pour tous les gloriens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Retour de Davis : une bénédiction pour tous les gloriens

Message par pillowlavas le Mer 23 Aoû - 23:05

"Kaernagöken domine Gloria. Il en est ainsi. Il y a longtemps, la Résistance a failli à sa mission malgré ses efforts. Il en est ainsi. La Confrérie Sombre épaule Kaernagöken dans leur démarche de peur et de manipulation des esprits pour le contrôle de Gloria, la puissance déchue. On pourrait alors la comparer à un géant qui s'est fait attacher au sol pendant son sommeil, sommeil lourd et puéril, marque de l'impuissance. Cependant, moi, Davis,... Cependant, moi vivant, je retrouverai la Gloire passée qui est l'origine du nom de cette nation déchue. Cette nation à genoux face à un ennemi qui la domine. Votre ancêtre, le dernier Résistant qui se nommait Wave, a caché, suivant les instructions que j'avais moi-même données à ses ancêtres à lui, une missive dans votre grenier.
Ce n'est pas pour rien que ses parents l'ont appelé comme ça... Ils en ont fait un Résistant, et même s'il est mort il y a bien longtemps, une vague revient toujours vers son rivage. La lutte reprend."

Tels furent les mots inscrits dans la lettre, avec une écriture très penchée. Une note rapide, presque abimée par les manipulations mais pourtant bien franche. Cela pourrait bien être une lettre d'un enfant ou d'un imbécile qui venait l'embêter sans raison. Mais cette fois c'était différent. Cette fois, cette lettre avait réveillé quelque chose. Elle semblait avoir ramené une certaine lueur, une honnêté perdue depuis des siècles entiers.
Kaernagöken marchait à chaque coin de rue, utilisait nos marchés, dépouillait nos maisons, remettaient en cause nos vies, comme s'ils étaient chez eux et avaient le légitime droit de supériorité. Mais ça ne marchera pas.

Après avoir trouvé et lu la lettre, une espèce de rire cynique éclatait dans la pièce où se trouvait Vector, le descendant du dernier Résistant. Il semblait se moquer du ridicule de sa situation. Soudain, il se leva :
"Alors je suppose que j'ai fait mon choix. J'y vais. Jusqu'au bout."
Stephanie, sa fiancée, le fixa, inquiète. Mais son regard s'affaiblit et comme tout ce qui concernait le métier de Vector, il ne fallait pas poser de questions, elle le détourna totalement.
Ayant soigneusement appris l'intégralité des deux lettres par cœur, il alluma sa cheminée pour les brûler. Il se dirigea d'un pas motone mais assuré vers l'extérieur. Il devait aller à son boulot. Son boulot ? Quel était-il ? Collaborateur ? Sûrement. Fournisseur ? Sûrement. Policier Politique ? Sûrement. Mais désormais brillait en lui la flamme d'un Résistant.

Bien loin de Vector allant à son travail à Souvenir-Du-Dragon, d'autres hommes recevaient peu à peu des lettres de ce genre. Visiblement, celui qui avait fait ce canular savait bien s'y prendre. Il avait trouvé un moyen d'éviter la vérification des lettres de l'Envahisseur. Il ne pouvait d'agir d'autre chose que d'un canular. Mais beaucoup de monde avait reçu des lettres dans ce genre, et ça devenait insupportable. Aussi insupportable que ces gens de Kaernagöken... S'il avait révélé tout ce qu'il savait sur l'arme démoniaque, ce fameux Détective-Miracle qu'il était aurait déclenché une guerre de toute l'humanité. Son passé d'enquêteur de génie était fini, reclu dans son passé, reclus dans sa vieille maison à Kaernagöken. Il avait décidé qu'il vivrait ici sous une nouvelle identité. Il n'avait aucune raison de vouloir élucider ce mystère. Et pourtant, il semblait poussé par une force venant de ses accomplis ainsi que de l'avenir de Gloria. Il semblait vouloir à tout prix connaître l'identité de la personne qui faisait circuler ces lettres. Il prit sa pipe, ferma son livre pour le ranger dans sa veste avec un sourire discret, et rabaissa son chapeau pour se glisser dans une ruelle sombre...

Et derrière tout ça, après avoir trahi la Confrérie Sombre elle-même pour mettre cette arme d'immortalité à l'écart, aussi protégée que moi, le supposé imposteur, je me mets à faire croire à tout le monde que je suis de retour ! Ah, les voilà les belles paroles de Kaernagöken et de sa fichue domination ! Moi, je suis en train de monter ma machination. Cela fait des siècles que je monte ce plan ! Jamais ils ne résisteront ! Il est temps...
Je retirai mon gant d'un blanc immaculé et j'avançai ma tour avant de me lever pour observer la ville derrière ma fenêtre.
"Avec tous les Résistants que j'ai mobilisés, avec toutes les forces que j'ai réveillées, je devrais pouvoir nous sauver. Qu'en penses-tu ? Toi qui écoutes à ma porte."
J'abaissai la poignée en la tirant d'un coup sec avant de voir s'écrouler à mes pieds un enfant qui eut la peur de sa vie et partit en criant. Lui, il ne devait pas me croire visiblement. En souriant à nouveau, je me rassis devant mon plateau d'échec et j'attendais la suite de mon plan.
Dans une heure et quart, je devais faire en sorte de retarder une troupe en les mobilisant sur un problème quelconque. Dans une heure et vingt-cinq minutes, je devais faire en sorte que le ravitaillement du navire soit mis à part via des Résistants et qu'un "innocent" leur fasse croire qu'il est caché en ville. Dans une heure et quarante-cinq minutes, je devais avoir fait en sorte que ce ravitaillement d'armements soit apporté à Port-Du-Sud. Dans une heure et cinquante minutes, il devait être caché, en attente de nouvelles troupes venant de la ville de Destin. Arrêtons-nous là, mais mon plan se poursuivra ainsi. Je le poursuivrai ainsi. Nous retrouverons notre honneur. Nous retrouverons notre puissance. Nous retrouverons notre popularité. Nous retrouverons... Notre gloire.

Ce fut un immense bonheur pour chaque glorien de découvrir que le vent avait tourné. Le Détective-Miracle aussi. Son enquête avait payé ses fruits avant que chacun soit informé, mais à la publication de la nouvelle, il pensait respirer un air nouveau. Tous les citoyens étaient soulagés, pensant la victoire certaine. Ils eurent découvert que quelqu'un avait pris les choses en mains. Ils comprirent tous que c'était enfin l'heure de la liberté. Plus d'Envahisseur. Les batailles se changeraient en victoire. Eh oui ! En effet, 5 jours, 10 heures et 42 minutes après que Vector ait lu la première lettre, Gloria devint le Continent Libre.

°---+'--^=-__{_,.,_}__-=^--'+---°
.reicogén ruop unev sius ej ,uomamroD

avatar
pillowlavas
Admin

Messages : 300
Date d'inscription : 18/08/2017
Age : 15
Localisation : Terre 353 de l'univers B8, berceau de l'humanité

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum