Partagez
Aller en bas
avatar
Rédacteur-en-Chef
Messages : 439
Date d'inscription : 20/08/2017
Localisation : Blancherive, en Bordeciel, situé en Tamriel, sur Nirn, plan de Mundus
Voir le profil de l'utilisateur

l'Ombre d'Aiséla - Tome II - La Chose

le Sam 24 Mar - 13:46
C'est ainsi que tous mes "corps" se remplirent d'une émotion terrible et enivrante.
..Mes précédents remords furent effacés d'un coup. Seul restait la nostalgie de ce divin moment néanmoins passé si vite.
.Je n'avais plus qu'une envie : recommencer. Alors je décidai sous la force de ma volonté de me reformer et un des corps où j'étais explosa sous le choc de ma forme "entière". J'étais à nouveau en pleine possession de mes moyens et seule comptait la récidive de l'acte passé. Désormais, quiconque se trouvera sur mon chemin périra, jusqu'à que mes envies soient satisfaites, et un étrange sentiment m'indiqua qu'elle ne le seraient jamais.
....J'entamai mon éternel voyage sur le champs de bataille désormais vide. Plusieurs souvenirs me revinrent...En particulier un avec la mousse sur les arbres et l'orientation...Le nord. C'était ça, la mousse sur les arbres pousse du côté nord...
...Pour une raison qui m'était totalement inconnue, je sentais qu'il fallait que j'aille au sud. C'était un besoin irrésistible et incontrôlable. Et puis, que pouvait-il y avoir au sud?
..Je me retournai et commençai à avancer quand je compris ce qui n'allait pas. Le sud, c'était vers mes "employeurs". Et leur armée. Qui était là, devant moi, formant une flèche pointée droit sur moi. Des archers étaient présents sur les extrémités, arcs bandés et en joue, tandis que des cavaliers s’apprêtaient à foncer au triple galop sur moi.
..C'était une étrange vision. Une terre désolée et brûlée par les diverses potions, magies et gaz toxiques utilisés, jonchée des bataillons des Blanche-Pique, tous morts. Devant ce massacre, une forme humanoïde, noire et aux orbites vides, située en face de l'immense armée des Branche-Honneur.
..Ils voulaient la guerre? Ils allaient l'avoir. Je ne me laisserai pas abattre si facilement. Ils s'étaient servis de moi et, désormais, ils souhaitaient juste m'humilier... Ou me tuer. C'était aussi simple que cela. Mais je ne me laisserai pas avoir. Pas sans combattre ! Pas sans tuer !
.C'est alors qu'un porte parole, muni d'un étendard à l'effigie des Branche-d'Honneur, une épée entre deux ailes d'anges, prit la parole, celle-ci amplifiée par la magie.
-Qui que tu sois, nous ne te voulons pas de mal. Nous souhaitons te remettre à tes possesseurs. Rentre au bercail et tout ira bien. Nous ne te ferons rien, nous le promettons.
Que faire face à cette promesse? Oh, nous verrons cela plus tard. Pour l'instant, il ne me tarde que de répliquer avec une courtoisie affichée qui cache mon désir de meurtre.
-Je suis désolé, monsieur, entrepris-je, mais nous ne partageons pas la même vision des choses. Mais ne vous inquiétez pas, vous ne rentrez pas seuls. Vous ne rentrerez pas tout court.


*
*.....*



..Lorsque la créature qui était devant moi me répondit, j'avoue que je ne su que faire. Visiblement, elle allait nous attaquer, mais j'étais habitué aux bravades orgueilleuses des Blanche-Pique. Je m'apprêtais à répondre quand j'aperçus mes hommes porter uns-à-uns leurs mains à leurs cous, qui remarquèrent avec stupéfaction un minuscule trou à la base de la gorge saignant abondamment.

- Général, je détiens la moitié de vos hommes en otage, commença la "personne" qui, désormais, était bien plus petite. La plupart que j'ai choisi sont vos officiers selon leurs badges. Comme vous pouvez le constater, je suis bien moins volumineux. C'est parce que chaque aiguillon que j'ai envoyé dans le cou de vos hommes était une partie de moi. A présent, les centaines de "moi" se glissent peu à peu vers le cœur de votre état-major. Vous n'êtes donc pas en mesure de négocier, conclu-t-il.

..Je ne savais que dire. Les ordres de mes chefs étaient clairs. D'un autre côté, mon état-major était aussi constitué de certains de mes amis... Mais... si je ne ramenais pas cette chose vivante dans le quartier général, c'était le bagne pour moi. C'est donc à contrecœur que je prononça ces mots.

-Lancez l'attaque.

..Mon enfer commença. Au moment où le dernier mot se finit, tout ceux qui avaient porté main à leur cou étaient tombés raides morts. Je plongeai par terre afin d'éviter tout projectile tandis que les archers décochèrent leurs flèches et cavaliers chargeaient.
La plupart des flèches ne firent pas mouche, cependant, une d'entre percuta l'ennemi dans la jambe, qui, visiblement, était fait de matière tangible vu qu'il s'écroula sous le choc. Il semblait lui même perdu, apparemment victime pour la première fois de la douleur. Il se redressa et se scinda en quatre "lui" puis fonça sur nous, avant d'encore et encore se démultiplier jusqu'à devenir invisible de loin.
..Je vis peu à peu des cavaliers tomber comme des mouches. Mes hommes mourraient uns à uns, jusqu'à que quelqu'un s'exclama.
- Je l'ai! Je le tiens!
 ..Un de mes fantassins sortit de la foule en désordre et montra la fiole de verre que tous avaient été obligés de transporter "au cas où", contenant la "mini-chose". Je compris alors que mes dirigeants connaissaient l'existence de ce monstre... Voire qu'ils en étaient à l'origine. Qu'avait-ils fait... Qu'avaient-ils fait ?!

*
*.....*


C'était bizarre. Je n'arrivais pas à me remettre sous forme humaine dans la fiole. Elle aurait du se briser et me laisser sortir... Quoi qu'il en était, j'étais désormais piégé. Alors une longue marche s'entama, pendant laquelle la conscience flottante dans un tube de verre que j'étais essayait de se projeter au loin, en vain.
...L'attente était incroyablement ennuyeuse, j'étais privé de tout sens, même la vue car j'étais sous forme liquide.
..Alors commença le véritable enfer.
Une prison spécialement aménagée pour moi, entièrement en verre, de A à Z. Le verre aurait-il une faculté à me résister? Intéressant. Nous vérifierons cela bien assez tôt.
..Néanmoins, malgré que ce soit intéressant, je remarquai bien assez vite les divers ustensiles faits en verre et certains bocaux où flottaient d'étranges créatures dans un liquide totalement transparent. Je compris que je me trouvais dans une salle de torture et j'entendis alors une voix.

- Tu peux désormais te remettre sous ta forme normale, je t'en prie, dit-il.
Comme si il croyait que j'allais lui obéir! Personne ne me donne d'ordres. Je ne fis rien.
- Un refus? Comme c'est original, continua mon geôlier en ricanant. Tu vas bien assez tôt pouvoir découvrir nos outils spéciaux pour toi.
Les outils de verres. C'était de cela dont il parlait. Une douleur m'envahit alors qu'il plongea un couteau dans la fiole me contenant et, sous le coup de la douleur, je me retransformai en forme humanoïde. Je décidai de répliquer aussitôt, projetant un fil noir encre sur mon agresseur qui, plus rapide que l'éclair, brandit une plaque de verre. Mon fil s'écrasa dessus, me causant d'effroyables souffrances.
.......Ce séjour allait être très, très désagréable....

°---+'--^=-__{_,.,_}__-=^--'+---°

By ArthurBN




Khan, Rédacteur, Modérateur, génie, playboy, philanthrope, milliardaire, pour vous servir.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum