Partagez
Aller en bas
avatar
Rédacteur-en-Chef
Messages : 435
Date d'inscription : 20/08/2017
Localisation : Blancherive, en Bordeciel, situé en Tamriel, sur Nirn, plan de Mundus
Voir le profil de l'utilisateur

La Dague du Démon: Chapitre 3 | Partie II - La Résurrection

le Sam 25 Nov - 15:03
Une vive lumière m'éblouit soudain.
 Ça avait marché. J'étais libre. Enfin.
Je tentai de sentir la douceur du soleil sur ma peau, la fraîcheur du vent dans mes cheveux, l'odeur sucrée des fleurs, je tentai de me sentir libre, libre de cet enfer, libre de cette folie grandissante...
  Un immense vide résonna en moi.
 Je ne ressentais rien.
Rien. Nada. Nitchs. Nihil.
 Pas de vision. Pas de toucher. Pas d'odeur, ni même de son ou de goût.
Je ne sais combien de temps je fus clôturé dans ce vide total, une seconde, un jour, mille ans, mais toujours fut-il que tout s'éclaircit soudain. J'étais dans une plaine traversée d'une rivière, où tournait paresseusement un moulin à eau, relié à une petite chaumière. Je me sentis bouger, du moins je vis ma vision changer d'angle.
 Je compris que je voyais à travers les yeux d'un autre.
Je chassai de mon esprit ce qu'il restait de Laffan. Il était temps de prendre la relève.
 Apparemment, mon esprit avait été enfermé dans La Dague. Je n'avais aussi aucune influence sur le monde extérieur semblait-il, excepté celle que pouvaient me donner les personnes qui touchaient la dague.
J'entendis une voix :
- Tiens ? Qu'est-ce donc ? Qui a bien pu laisser une telle arme par terre... ?
 "Intéressant. Un mortel "m'a" ramassé", pensais-je.
Je  tentai donc de lui parler, projetant mon esprit à travers le sien :
- Bonjour.
 Le mortel poussa un cri d'étonnement, cherchant autour de lui d'où venait cette voix.
Il était temps de faire ce pour quoi j'étais le plus doué.
 La manipulation.
Je pris une voix douce, essayant de le charmer :
- Mais non, c'est moi qui te parle !
- La dague ? C'est... C'est vous qui me parlez ? me répondit-il.
- Oui ! Je suis désolé, j'ai du me téléporter en urgence ici... Excusez-moi si j'ai pu vous effrayer !
 Le mortel était confus. Tant mieux. Plus il l'était, plus cela serait simple.
- Je... Je veux bien vous croire mais... Qui êtes-vous ?
- Vous pouvez m'appeler Heloïc, et mon histoire est bien compliquée... Vous risqueriez de ne pas me croire si je vous la racontait.
- Euh... Je vois... Je crois, du moins... Mais, allons, j'aimerais savoir pourquoi une si belle voix est enfermée dans une dague si effrayante...
  Ça commençait à porter ces fruits. Il tombait peu à peu sous mon influence, je le sentais.
- Très bien... Je suis Heloïc, prince de Kalak, situé dans ce que vous appelez "Le Nouveau Monde".
- Vous êtes... Un nain ? Et euh... Vous pouvez m'appeler Thanax.
  Je sentis une brèche dans son esprit. Il ne croyait pas à ces histoires, je le savais.
- Mais non, ce ne sont que des légendes ! Nous sommes Humains, tout autant que vous... Un conseiller corrompu a pris le pouvoir. Il a essayé de m'assassiner avec cette dague, mais j'ai réussi à projeter mon esprit à l'intérieur de celle-ci et à la téléporter... Mais ça m'a demandé un effort colossal... Je ne peux plus faire usage de ma magie pour sortir de cette affreuse arme...
 
 Voilà de quoi conforter cet idiot dans ses croyances, et donc d'affirmer encore plus mon emprise sur lui.
 Il semblait totalement sous mon contrôle désormais, mais un doute subsista dans mon esprit : était-ce parce que mes paroles avaient touché ce paysan, ou cela était-il d'origine magique... ?
Il interrompit mes pensées :
- Belle voix, je vous crois, mais comment pourrai-je vous aider ? Nous sommes à l'est d'Amour-Perdu, loin de tout, je ne peux vous ramener aux votre... Je suis désolé...
- Il y a bien un moyen... Cette dague est magique et puise son énergie du sang, une goutte du votre devrait suffire à me recharger intégralement...
- Très bien...
L'humain se piqua le bout du doigt, faisant sortir une goutte rouge vif de la petite entaille. Immédiatement, je ressentis un total contrôle sur le corps de l'humain. Cela ne dura malheureusement pas : sans que je puisse y remédier, il se jeta dans la rivière, plongeant sa tête sous l'eau, malgré la température glaciale de celle-ci. Une minute passa.
Deux.
L'homme ne bougeait plus.
Un sourire imaginaire se dessina dans mon esprit.
Cette dague - moi - avait de biens intéressants pouvoirs.

°---+'--^=-__{_,.,_}__-=^--'+---°

By ArthurBN




Yronusa2000, Rédacteur, Modérateur, génie, playboy, philanthrope, milliardaire, pour vous servir.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum